Grimoire

Le samedi 28 janvier 2012

Bonne année 2012 !

Signé, Lomah de Sangre

Le vendredi 31 décembre 2010

Bonne année 2011 !

Bonne année 2011

(Cliquez pour la voir en plus grand ! Bonnes fêtes et bonnes ripailles malgré le Cataclysme !^^)

Signé, Lomah de Sangre

Le mardi 12 octobre 2010

Safari à Strangleronce

Dans un effort louable pour divertir les troupes des combats sanglants qui alimentent leur quotidien habituel, un excursion safari avait été prévue au coeur de la vallée de Strangleronce. Notre guide était Parmifer, ce qui m'avait d'abord laissée sceptique, mais rétrospectivement je dois admettre que ce coin est un paradis pour les chasseurs, et il fut assez efficace. A défaut de tous les objets qui étaient sur la liste des indispensables à apporter j'avais pris mon gnomographe tout neuf voyant là une excellente occasion de le tester. Malheureusement les premiers clichés sont tous ratés à cause d'un réglage défectueux, et je n'ai aucune image du début de notre soirée.

 

Pourtant nous avons commencé par des endroits captivant: des ruines trolles dans lesquelles vivaient encore quelques individus à qui on n'a jamais du expliquer le concept de ruines, mais dans lesquelles persistaient quelques merveilles. Une énorme statue de jade par exemple, que nous avons due abandonner sur place à cause de l'incapacité de Tanahorn à la desceller et la transporter sur son dos. Deux-trois ruines plus tard notre vénérée connétable, déclenchée par les mots magiques "Troll Gurubashi", s'est lancée dans une ultime description de l'épouvantable Chonya au cas où il resterait des gens n'en ayant jamais entendu parler. Estimant que j'en savais plus que nécessaire sur le sujet j'ai décidé d'aller voir à l'intérieur des ruines, où se cachaient certainement des trésors époustouflant. Malheureusement ma tentative pour rapporter un énorme coffre se soldat par un déferlement de trolls en colère sur notre petit groupe. Le bon coté des choses c'est que ça a mis fin aux discours...

Une première pause fut décrétée au bord d'un lac qui aurait pu être joli si une énorme pompe gobeline ne crachait pas sa fumée nauséabonde juste en face. Avec le sens de l'à-propos qui le caractérise Parmifer lança une partie de pêche et voulut à tout prix nous faire goûter toutes les spécialités locales - sans succès évidemment, qui voudrait manger des poissons pollués?

Les observateurs avertis remarqueront l'absence de certaines personnes sur les images ci-dessous: je soupçonne fortement un lien avec l'incendie qui s'est déclaré peu après sur la plate-forme gnome...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etape suivante: leçon de chasse! Enfin, tentative, vue la discrétion de notre groupe. Surtout celle de certain gnome mage décidé à se changer en luciole géante pour voir où il mettait les pieds. Heureusement une bestiole fut massacrée pour l'honneur de nos guerriers.

Odeline quant à elle a toute de suite repéré un gibier plus intéressant: un énorme rubis planqué dans l'orbite vide d'une vieille statue. Avec mon aide elle parvint à décrocher l'objet, "pour payer ses dettes à la couturière" (!!!) (penser à réclamer mon pourcentage). Mais le vrai but de cette chasse était en fait un genre de "super tigre" jusqu'au quel nous guida Parmifer. Et comme d'habitude quand on réunit plus de cinq personnes, une grande discussion se lança sur la façon de le tuer, ou la possibilité de l'épargner. Heureusement que le tigre ne nous comprenait pas car il n'aurait pas traîné dans le coin. Puis soudain, voulant sans doute prouver qu'il pouvait faire autre chose que disserter sur le café, le procureur Armandoh se jeta sur la bête à main nue, et sous nos yeux ébloui occis trois félins d'un coup.

Certaines mauvaises langues prétendent qu'il a triché, à cause du halo lumineux qui entourait ses mains. je ne prendrai pas partie, mais il me semble que les pouvoirs de la lumière devaient servir à autre chose qu'à frimer dans la jungle... Et vint le moment le plus terrible de cette soirée: PERSONNE ne se dévoua pour dépecer ces magnifiques bêtes à la fourrure même pas abîmée qui aurait fait si bien dans ma nouvelle chambre. Un vain sacrifice qui me fit presque monter les larmes aux yeux!

L'exploration se poursuivit, nous menant d'endroits charmants en endroit moins charmant:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis deuxième pause, bien en sécurité en haut colline très haute avec des pentes très escarpées, où c'est sûr personne d'autre que nous n'aurait eu l'idée d'aller. Un pique-nique s'improvisa grâce à la prêtresse Abelinne qui avait pensé à amener des vivres autres que de la viande empoisonnée, et je dois dire qu'à défaut de savoir qui elle est et d'où elle sort, elle sait faire (ou choisir) les tartes.

Et pour le final, ce qui deviendra sûrement le nouveau sport à la mode (une fois que ça aura été dûment commercialisé): après des heures de grimpette sur des sentiers tortueux, des sauts vertigineux dans les rivières en contrebas.

Certains privilégiés ont dus être prévenus à l'avance puisqu'ils avaient amené le matériel adéquat - une sorte de toile servant à amortir et diriger la chute. heureusement qu'on ne manquait pas de mages et de prêtres avec leurs sorts, qui en général ne doivent servie à rien, pour nous éviter de nous rompre les os. C'est juste dommage que pour le dernier saut l'effet ce soit dissipé quelques secondes avant que j'atteigne le sol, ou plutôt l'eau. Ca m'aurait évité de finir la nuit trempée comme une soupe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et comme Parmifer sait soigner ses effets, le dernier saut nous a menés directement sur les toits de Baie-du-Butin, où j'avoue que nous étions tous content de pouvoir nous reposer (et nous sécher) un peu. Tout bien réfléchi ça valait bien un entraînement militaire de Verminaard.

Bilan de la soirée: beaucoup d'occasions manquées faute de matériel, un gnomographe qui ne marche pas si mal, une nouvelle activité touristique à faire breveter, très certainement des liens renforcés avec nos alliés anciens comme nouveaux (on avait emmené Zorahé histoire de faire un peu de diplomatie entre deux activités physiques). Je ne ferais pas ça tous les soirs mais je dois saluer l'idée générale et la bonne volonté de Parmifer!

Signé, Doreane

Le lundi 6 septembre 2010

Salutations Durandill !

 

Durandill

Salutations Durandill ! Pouvez-vous nous parler de vous et nous raconter votre histoire?

 
Salutations, Ytelas. Je suis né et j'ai grandi au Nid de l'Aigle, dans les Hinterlands. Mon père est forgeron, et j'ai suivi ses traces, bien que tardivement. Quand le Fléau s'est attaqué à Lordaeron, une armée de mort-vivants est sortie de Caer Darrow et a tenté d'envahir nos terres. Dans la crainte d'un siège de longue durée, plusieurs familles ont été envoyées demander asile à nos cousins Bronzebeard. Je n'avais moi-même pas atteint ma majorité, je ne pouvais donc pas combattre avec les miens, et j'ai suivi mes parents et mes soeurs. Une fois la menace sur le Nid levée, ma famille est restée à Dun Morogh. C'est là que j'ai choisi ma vocation de paladin. Quand j'ai été en âge de quitter Dun Morogh, environ six ans plus tard, j'ai voulu visiter le monde. A Forgefer, je suis tombé par hasard sur Thoas Sacregriffe, qui faisait partie des Aigles de Wildhammer. J'avais entendu parlé de Teldrassil, et je souhaitais voir ce nouvel Arbre-Monde. Thoas m'a escorté jusqu'à Darnassus, et il en profité pour me jauger durant le long voyage. Par la suite, il m'a proposé de rejoindre les Aigles. Depuis environs un an, c'est moi qui dirige les Aiges de Wildhammer.
 
 
Pouvez-vous nous en dire plus sur les Aigles de Wildhammer?
 
La création des Aigles date de notre installation dans les Hinterlands. Après la guerre des Trois-Marteaux, Grim Batol n'était plus habitable, et il nous fallait un nouveau foyer. Nos chasseurs ont dompté les aigles qui vivaient au sommet des montagnes entourant Grim Batol, et les raptors des paluns, et les utilisèrent pour trouver un endroit où vivre. Ce furent les aigles qui découvrirent le Hinterlands. Le Haut-Thane décida de créer une troupe d'élite pour protéger le clan durant son installation dans cette région, et l'appela ainsi pour honorer les rapaces qui nous avaient aidés. Les Aigles sont une troupe d'élite, constituée de naines et de nains qui ont fait leurs preuves, et qui ont juré de défendre le clan jusqu'à la mort. Cependant, nous ne nous cantonnons pas à défendre le Nid. Nos missions nous ont jadis menée aussi bien à l'assaut de Naxxramas, qu'au sommet de le tour de Medivh.
 
 
Comment avez-vous connu l'Ost Pourpre et quelles sont vos relations avec?
 
J'ai connu l'Ost quand la Connétable Aurys de Lor Naedro et le Thane Thoas Sacregriffe ont forgé une alliance. L'Ost souhaitait surveiller les Maleterres, et il a été autorisé à poster un petit contingent sur nos terres. En échange, nous obtenions les informations glanées par l'Ost, et pouvions envoyer nos nains qui s'occupaient de cette tâche en Outreterre, dans la vallée d'Ombrelune, où notre bastion subissait l'attaque de la légion ardente. Depuis, cette alliance entre nos deux ordres n'a cessée de se renforcer, et a vu son point culminant avec notre installation commune au donjon de la garde de l'Ouest, dans le Fjord, comme point de départ de nos actions en Norfendre. Cette alliance est aussi rendue plus solide par d'autres activités, comme les joutes chevaleresque, ou le Fala'andu, qui permettent aux gens de l'Ost et à nos nains d'entretenir leur amitié de manière plus détendue.
 

Vous vivez dans les Hinterlands, comment se passe la vie de tous les jours la-bàs?
 
Vous devriez poser la question à un nain qui y est plus souvent. Je passe hélas beaucoup moins de temps que ce que je souhaiterais au Nid. La vie y est plutôt calme. Le Fléau a été repoussé de manière musclée, et n'a plus jamais tenté d'y pénétrer. De fait, nos seuls ennemis dans la région sont les trolls, mais sous le commandement de Thoas et Meshuggah, les Aigles leur ont montré qu'ils avaient tout intérêt à se tenir à carreau. Nos principales activités sont la chasse et l'élevage de griffons. Vous pouvez d'ailleurs voir les plus jeunes voler autours du Nid. La vie est beaucoup plus rude à Ombrelune, où notre bastion subit des assauts fréquents de la légion ardente. Je dirais que vivre aux Hinterlands ne doit pas être très différent de vivre à Elwyn, les gnolls en moins.
 
 
Quels sont les pires ennemis des Aigles?
 
Il y a autant de réponses à cette question qu'il y a d'Aigles, je pense. Chacun définira le pire en fonction de son vécu. Certains pourraient dire que ce sont les Sombrefers qui nous ont fait la guerre à Grim Batol. D'autres vous indiqueront les trolls avec qui nous "partageons" les Hinterlands. Certains montreront du doigt les orcs du clan Dragonmaw, qui se sont battus contre nos chevaucheurs de griffons pendant la deuxième guerre. Ou les dragons noirs qui ont fait le siège du Nid il y a deux ans. Le fait est que chacun de ces ennemis a mordu la poussière face à nous. Difficile de définir le pire, s'il sont tous aussi incompétents. *sourire*
 
Vous vous occupez des célèbres veillées de contes de Forgefer, pouvez-vous présenter cet événement à nos lecteurs qui n'y sont jamais allés?
 
Le mieux serait que vos lecteurs s'y rendent, justement, ah ah ! Plus sérieusement, la veillée est une tradition Wildhammer, je n'en suis que l'actuel co-organisateur, avec Eylona qui s'occupe des invitations. C'est le Thane Thoas, mon prédécesseur a la tête des Aigles, qui en est le créateur. Nous nous réunissons tous les premiers vendredi du mois, un peu après 21h, à la bibliothèque de Forgefer. Nous proposons parfois un thème, parfois non. Chacun est libre d'être simple spectateur, ou conteur. Kibby distribue les caramels, Eylona les boissons, et j'essaie de motiver les indécis à se lancer, ce qui n'est pas toujours facile. Une bonne histoire ne doit pas être trop courte, sinon les auditeurs n'ont pas le temps de se mettre dedans, mais pas trop longue non plus, car ils se lassent vite. Un peu d'action, quelques rebondissement, pas trop de personnages pour éviter de perdre le public en route... Et surtout, éviter les histoires drôles en début de soirée, sinon ça se transforme en foire du gag.
 
Propos recueillis par le capitaine Ytelas Lamérable

Signé, Ytelas