Carnets de voyage

Le vendredi 11 juillet 2008

Le lendemain, une troisième lettre...

Une troisième lettre…

Bonjour à vous!,

Aujourd'hui je vais vous compter une rencontre pour le moins étonnante...

Au détour d'une route menant à Kamagua, je pus apercevoir des sortes de huttes aux loin..., En m'approchant, je découvrit un peuple pour le moins sympathique, les Roharts. Un peuple nomade doué pour la chasse et la pêche.

En essayant de m'approcher, l'un d'eux me repéra, et à ma grande surprise, il ne m'attaqua pas, et m'invita plutôt à me joindre à eux pour leur repas.... A me grand étonnement, je pus discuter avec eux, ainsi j'appris de nombreuses chose sur leurs peuple:

"Les roharts sont un peuple nomade d’un naturel bienveillant. Ils parcourent les côtes sud du Norfendre, guidés par les statues cyclopéennes qui marquent leurs itinéraires de pêche saisonniers.

Les glyphes gravés sur leurs défenses témoignent de leur affiliation tribale, et bien que les roharts soient un peuple pacifique, ils sont constamment harcelés par les taunkas et les murlocs locaux."

A la fin du repas, l'un d'eux remarqua mon carnet de croquis, il compris alors que je faisait de nombreux dessins de mes rencontres, et accepta de poser pour moi... J'appris un peu plus tard que la majorité des différentes tribus sont allié avec la Horde...

Ce qui ne les à pas empêché de m'accueillir à bras ouvert. Je pense donc qu'a la venue de l'Ost sur ces terres, il sera bon de ne pas porter de conclusions trop hâtives sur ce peuple fort sympathique...

Cordialement, Cocanine

Signé, Cocanine

Le jeudi 10 juillet 2008

Le jour suivant, une deuxieme lettre...

Une deuxième lettre…

Voila presque une semaine que je suis dans ce camps humain et la lassitude me gagne déjà..., je décida donc de partir en direction du nord pour découvrir de nouvelles merveilles dans ce continents sauvage...

Au détour d'une route, aux alentours de Vagarde, je pus voir un animal assez étonnant, une espèce d'élan avec une énorme corne qui lui sert de bélier sur le crane, il me pris alors l'envie de vous faire partager cette découverte, que vous pourrez voir sur le croquis ci-joint.

En me renseignant auprès de la bibliothécaire du camps, j'en appris un peu plus sur cette étrange animal:

"Ces animaux, ressemblant aux élans, utilisent leurs défenses principalement pour creuser le sol à la recherche de nourriture, tandis que leur ramure devient un bélier redoutable lors des combats permettant de choisir le mâle dominant.

Les brochepelles ont un comportement extrêmement territorial et protègent leurs pâturages avec une force meurtrière. Les aventuriers qui voyagent en Norfendre feraient mieux d’éviter ces bêtes irascibles et imprévisibles. "

Voila pour ce qui a marquer ma journée, je vous écrirait une autre lettre dés que possible en espérant que je découvre encore de nombreuse choses merveilleuse ici.

Salutation, Cocanine.

Signé, Cocanine

Le mercredi 9 juillet 2008

Lettre du Fjord hurlant

Lettre du Fjord Hurlant

Après de longs jours de voyages, me voila enfin débarquée sur la terre ferme, dans une région que l'on appelle le Fjord hurlant, en lisant les quelques ouvrages au sujet de cette région, j'ai découvert que l'architecture monumentale était due aux anciens habitants de ces contrées : les Vrykuls.

"On dit que dans les temps anciens les vrykuls, une race de guerriers demi-géants, habitaient cette terre, où ils avaient fondé une grande et prospère civilisation.

Puis un jour, sans aucun signe annonciateur ni la moindre explication, les vrykuls disparurent, ne laissant que des villages désertés et des temples abandonnés."

Je me trouve actuellement au Sud-Est du continent Norfendre, il fait déjà plus froid qu'en Elwyn, soyez en sûr; mais ici, les gens semble vivre ce froid avec le sourire, il n'y qu'à voir les auberges des différents villages, qui sont toujours bondées de nains de d'humains pour la plupart.

Je me suis installée au campement Valgarde, pour me reposer et vous écrite cette petite lettre, je pense repartir bientôt, dans une autre région, plus près du mal... plus près du Trône... vers le Nord...

Non loin d'ici ce trouve le Donjon d'Utgarde, d'où certaines rumeurs font état d'une réapparitions de Demi-géant vrykuls, je ne m'y aventurerais pas pour l'instant, je suis encore trop inexpérimentée, mais je tâcherais de me renseigner sur leurs retour ici...

Je vous envois un premier croquis d'une architecture de Valgarde, une auberge, qui, vous le remarquerez certainement, et vraiment pittoresques...

Je ne tarderais pas à envoyer de mes nouvelles soyez en sûr, j'espère que tout ce passe bien au bastion, et que nos membres ce préparent bien pour les nouvelles menaces qui se trouvent ici...

Amicalement, Cocanine.

Signé, Cocanine

Le samedi 26 avril 2008

Carnet de voyage : le Tram des Profondeurs

Je vous ai déjà parlé de mon gout pour les inventions technologiques effarantes sorties des cerveaux embrumés des gobelins ou des gnomes. Moi même, sans avoir le talent de ces inventeurs géniaux, ai par ailleurs quelques réalisations plutôt surprenantes... Mais je voudrai vous parler ici de ce qui a fait naitre cette passion.
Hormis le fait que mes parents adoptifs aient été très proches d'un ingénieur de talent, c'est un voyage entre Forgefer et Hurlevent qui a déclenché cela... En fait, je ne suis jamais arrivé à Hurlevent ce jour la...

 

 J'avais rendez-vous pour acheter une monture. Me trouvant à Forgefer, et pressé de rejoindre le camp de bucherons du val de l'ouest, je demandais à un badaud le chemin le plus rapide pour rejoindre Hurlevent. Le badaud en question, est-il nécessaire de le préciser, était nain. Ce n'est pas sans une certaine fierté que le gaillard me mena jusqu'à l'entrée du tram, en me vantant à chaque pas ses mérites, et m'assurant entre chaque pas que j'irai bien plus vite par ce moyen que par les airs... De plus, il ajouta que je ne risquai pas de voyager mouillé s'il se mettait à pleuvoir...
Lorsque je me retrouvais devant la gueule béante du tunnel, je mis quelques instants avant de pouvoir entrer... C'est la main solide du nain, exerçant une vigoureuse poussée dans mon dos, qui m'aida à franchir le cap. Je l'entendis alors me dire "rate pas la marche en montant dans le wagon !"...
Puis je m'enfonçais dans la structure...
Un quai immense, deux voies taillées dans la roche, s'enfonçant dans deux tunnels éclairés, descendant dans les entrailles de la terre.
Sur un mur, un panneau affichait de petites lumières clignotantes, un passant m'indiqua qu'elles représentaient la position des trains... Un n'allait pas tarder à arriver.
Je me plaçais alors devant la rampe, et les trois wagons qui composaient cette rame vinrent se placer juste en face dans un bruit assourdissant. Ils pouvaient accueillir nombre de voyageurs. Je montais, et la rame repartit droit dans le tunnel, à une vitesse effarante.
Par palier, elle descendit dans les profondeurs d'Azeroth... Eclairés seulement par les balises régulièrement espacées, je constatais qu'un espace permettait de parcourir les lieux à pieds, sans risquer de se faire écraser par les wagons... Surement pour l'entretien.
Puis, d'un coup, nous nous enfonçâmes dans des profondeurs marines. Je retenai ma respiration et me préparais à nager, mais aucune eau ne vint à ma rencontre. J'étais encore sous le coup de la stupeur lorsque le train entra à nouveau dans un tunnel, avant de commencer à remonter... Comment était-ce possible ?
Je sautais alors de mon wagon, et me mit à courir vers cet endroit incroyable : les parois des tunnels étaient constituées de verre, et tout autour de moi, les fonds marins !
Alors que j'observais une épave de navire, je vis s'approcher doucement un scaphandrier... de toute petite taille... Le gnome inspectait le fond à la recherche de quelque trésor.

Je restais quelques heures, à admirer les constructions sorties droit du cerveau des génies gnomes (pour la technique) et nains (pour l'architecture et le travail de titans qu'avait du demander le creusement des tunnels), tout en marchant lentement vers Hurlevent. Lorsque j'éteignis le quai là bas, l'astre lunaire brillait haut dans le ciel. Mon vendeur de chevaux n'avait pas du m'attendre bien longtemps...

Signé, Salazaar