Le dimanche 23 mars 2008

Carnet de voyages : la tombe du héros oublié

Il est des fois où le destin nous mène en des lieux pour le moins... étranges.
Je me souviens de la première fois ou j'ai découvert ce lieu. Je chassais les vautours et autres loups infestant la région, lorsque je me trouvais en fâcheuse posture. Disons carrément que je fuyais éperdument devant une meute de ces loups affamés, n'en menant pas très large... Lorsque dans cette fuite, je suis tombé dans une espèce de crevasse... Alors que je me relevais, je vis les loups, restés en haut, cherchant à venir me terminer mais comme arrêtés par un mur invisible, celui de la peur... Etonnant pour de telles bêtes... Mais cet abri providentiel restait néanmoins un piège, les loups ne semblaient pas vouloir décamper comme ça. Je me mis donc en quête d'une autre sortie... Et après quelques pas, je constatais que le sol était constitué de marches taillées dans la roche, de même que le couloir. Une ruine...
Après avoir parcouru une bonne cinquantaine de mètres d'une descente particulièrement raide et hasardeuse dans le noir, j'arrivais dans une grande pièce. Il y régnait un silence ... de mort. Des alcôves dans les murs abritaient des cercueils, et deux cadavres, enfin ce qu'il en restait, étaient allongés sur le sol, devant une autre alcôve plus grande que les autres... Au fond de cette alcôve, était assis ce qu'il restait d'un roi ou d'un grand héros, sur un majestueux trône de pierre. Une large épée reposait à ses côtés, ses doigts crispés sur la garde, la serrant pour l'éternité...
Ce cadavre dégageait une aura de puissance, une grâce éphémère qui avait pourtant su résister aux ravages du temps, contrairement au corps...
Lorsque je sortis bien plus tard, à la faveur de la nuit, les loups avaient disparus.
La nuit était tombée, et j'aperçus la lueur du camp nain que je cherchais à quelques lieues... Je ne parlais pas de ce lieux à ces chasseurs de trésors, celui qui reposait la devait rester en paix, comme il le faisait depuis certainement de très longs siècles. Néanmoins, il m'arrive, lorsque je passe dans les environs, de faire un détour par cette tombe afin de perpétuer la mémoire de cet inconnu, afin que dans son éternel repos, il bénéficie toujours d'un peu de respect...

Signé, Salazaar